TOP
Image Alt

Digital Speakers

Recrutement : le parcours du combattant des candidats

Recrutement : le parcours du combattant des candidats

Avant d’être recruté il faut : envoyer des CV, répondre à des annonces, proposer des candidatures spontanées, relancer, être diplômés, expérimentés, mobiles et disponibles. Attendre les réponses. Recevoir des emails automatiques. Ne rien recevoir du tout. Se rendre à des entretiens. Être acculé, poussé dans ses retranchements, mis à l’épreuve. Attendre une réponse. Recevoir un email automatique. Ne rien recevoir du tout. S’apercevoir qu’on a probablement piqué nos idées…

Le marché de l’emploi et plus précisément, l’étape préalable, trouver un emploi, est devenu un véritable parcours du combattant pour les candidats. A l’ère du big data, de l’expérience client, de la personnalisation et de la marque employeur, certaines entreprises et recruteurs semblent agir avec mépris, déconsidération et irrespect à l’encontre de leurs candidats.

Retour sur quelques histoires vraies (hélas) vécues ces derniers mois.

Recrutement : faut-il vraiment répondre aux candidats ?

Poste intéressant. Le détail des missions correspond parfaitement au CV envoyé. Léa se dit que cet emploi est fait pour elle. En plus, elle habite à 500m du siège de l’entreprise. Elle a le bon diplôme, les années d’expériences, les compétences idéales. Léa est motivée et elle relance… Mais, Léa attend. Elle attend et les jours passent sans recevoir la moindre réponse. Ni e-mail, ni appel. Pas même un petit SMS, “Désolé Léa, mais ce ne sera pas pour cette fois”. Rien.

Lassée, elle finit par rappeler l’employeur et parvient ENFIN à joindre une personnes des Ressources Humaines qui lui dira, sur un ton dédaigneux : “vous vous doutiez bien que si vous n’aviez pas de nouvelles, vous n’étiez pas sélectionnée”.

Petit rappel sémantique : dans Ressources Humaines, il y a “humain”. En face des recruteurs, ce sont des vrais gens, de la vraie vie, qui cherchent du travail, qui veulent apporter leur pierre à l’édifice et mettre à profit leurs compétences. Un minimum de considération serait de répondre aux candidats. A défaut de faire une réponse personnalisée, le message laconique type serait un bon début : “malgré tout l’intérêt de votre parcours, patati, patata…”.

Répondre à un candidat, c’est démontrer que votre entreprise considère ceux qui s’intéressent à elle. L’image de l’entreprise n’est pas uniquement la mission du service communication. L’ensemble des ressources de l’entreprise doit s’atteler à se présenter sous leur meilleur jour.

Recrutement : faut-il personnaliser les réponses aux candidats ?

Thibault est en recherche active. Comme Léa, il a vu des postes qui correspondaient parfaitement à son profil. D’autres, moins, mais il tente quand même sa chance car il aime les défis, il n’a pas peur d’acquérir de nouvelles connaissances, et il ne veut pas manquer une opportunité par simple manque d’audace. Quand on lui répond, c’est pour lui répéter toujours la même chose : “patati, patata, malgré tout l’intérêt de votre profil, gnagnagni, gnagnagna…”.

Notre jeune cadre dynamique est spécialisé dans le digital et les systèmes d’information. Et il ne comprend pas ce manque de personnalisation. Avec les outils mis à leurs dispositions, comment les recruteurs ne peuvent-ils pas personnaliser leurs réponses ? Pire, comment ne peuvent-ils pas HUMANISER leurs réponses ?

Aujourd’hui, un chatbot peut vous répondre comme s’il était un être humain. L’Inbound Recruiting permet de créer des contenus pour attirer les candidats en fonction de leurs personas. Les outils informatiques, CRM et autres Systèmes d’informations, permettent de collecter de l’information, de créer des bases de données complètes et de les interconnecter pour automatiser des processus…

La technologie au service des recruteurs

Thibault est déterminé à proposer un système de réponse automatisée et personnalisée à l’entreprise qui le recrutera. Un fonctionnement très simple : chaque offre d’emploi sera intégrée dans une base de données. Des compétences, savoir-faire et savoir-être devront être spécifiés. Et, lorsqu’il s’agira de répondre négativement à un candidat, il suffira de cocher les cases manquantes afin de les intégrer dans un email type préformaté.

“Cher Thibault,

Nous sommes désolés de ne pas répondre favorablement à votre candidature, mais au regard de celle-ci, il vous manque les compétences suivantes :

  • Compétence 1
  • Talent 2
  • Savoir-faire 3

Nous avons donc favorisé des candidats qui correspondaient mieux à notre recherche. Nous espérions que vous comprendrez notre décision et nous vous souhaitons bon courage pour la suite de vos recherches”.

Automatisation et personnalisation, tout le monde sera content.

Recrutement : faut-il respecter les candidats en entretien ?

Sarah a été contactée par un recruteur. Un dimanche. Il est très intéressé par son profil et souhaite qu’elle le recontacte le lundi sans faute. Ainsi, dès le lendemain, elle appelle ce charmant monsieur qui, lui demande de patienter car il ne retrouve pas son CV. Et finalement, il lui dit : “Mouais, je regarde votre CV et franchement, je me demande bien ce que vous cherchez”.

Laurent reçoit un SMS d’un chef d’entreprise pour lui donner un entretien. Un SMS, comme premier contact, c’est peu commun mais bon, Laurent se dit que c’est certainement l’esprit “start-up”. Il se rend au RDV et lorsqu’il frappe à la porte du dirigeant, celui-ci lui demande de patienter dehors. Puis, afin de le mettre dans les meilleures conditions, il le reçoit dans l’open space de l’entreprise, au milieu de tous les employés. Et comme il tient vraiment à ce que son candidat se sente à l’aise, il entame directement l’échange par un : “je vous préviens, avec moi il va falloir vous accrocher, je vais vous en faire baver. Ne vous imaginez pas qu’il y aura une ligne directrice”.

« Avec moi, il va falloir s’accrocher« 

Annabelle est reçue une troisième fois par le DRH pour un poste de Responsable de Communication Interne. Elle s’étonne de multiplier les RDV avec ce monsieur, mais elle tient à ce poste. L’entreprise, les missions, la rémunération, tout lui fait envie. Alors, elle se dit que si on lui demande de revenir, c’est que c’est bon signe. Le DRH l’interroge sur les actions stratégiques qu’elle aimerait mettre en oeuvre. Durant 2h d’entretien, elle expose ses idées. Et puis, plus rien. Plus de nouvelles. Quelques semaines plus tard, elle fait la connaissance d’une personne qui travaille dans la même entreprise, elle explique sa mésaventure et là, son interlocuteur, gêné, lui explique que la Direction des Ressources Humaines vient d’annoncer un nouveau plan de communication interne… Toute ressemblance avec des idées proposées seraient purement fortuites !

Que dire… Que dire de ces personnes, dont on pourrait croire qu’elles sont des cas isolés, mais qui semblent être plus nombreuses qu’on ne le pense. En plus de se discréditer à titre personnel, quelle image donnent-elles de l’entreprise qui les emploie ? Combien de temps faudra-t-il pour rattraper leurs erreurs ?

Le bouche-à-oreille a pris une ampleur considérable avec l’avènement d’Internet et des réseaux sociaux. Aujourd’hui, un candidat écoeuré peut parfaitement s’épancher sur la toile avec une audience démultipliée ! Qui n’a pas déjà vu, dans son fil d’actualité Linkedin, un coup de gueule de candidat désabusé ? Regardez bien le nombre de like, commentaires et partages sous le post. Et imaginez l’impact sur votre entreprise…

Jeune, mobile, diplômé, expérimenté, disponible et pas cher

Cette section aurait pu aussi s’intituler : recrutement, faut-il proposer des offres raisonnables ? En effet, il n’est pas rare de voir des offres d’emploi qui semblent être “ambitieuses”.

Jeune diplômé(e)

5 ans d’expérience sur un poste similaire et dans le même secteur d’activité

Mobile à l’international (3 semaines par mois)

Expert(e) dans toutes les spécialités de sa profession

Disponible immédiatement

Anglais, Mandarin, Allemand, Russe, Arabe, lus, écrits & parlés.

20K€ / an + Nombreux avantages (Tickets Resto à 3,50 €).

PS : une parfaite maîtrise du taekwondo et de la varappe serait un plus !

Allez, on va s’arrêter là, ça devient indécent.

Conclusion

Alors, chers recruteurs, pour finir, voici un rappel des différents conseils pour vos démarches à venir :

  • Apprendre à être raisonnables sur le contenus des offres
  • Répondre aux candidats
  • Personnaliser vos réponses
  • Respecter les candidats lors des entretiens d’embauche
  • Respecter les candidats… tout court !

Bien heureusement, il y a des entreprises et des recruteurs qui ont ces valeurs de respects et de bienveillance. Nous nous permettrons donc de citer leurs prénoms : Floriane, Nicolas, Sabrina, Florent… Merci pour ces échanges agréables et professionnels.